• En baver des ronds de chapeaux.
    Ruer dans les brancards.
    En avoir ras la patate :

    Philo et Psy

    Avaler son bulletin de naissance ?

    6 commentaires
  • Philo et Psy

     

    Il y a un an, j’avais vu une théière vietnamienne vert tendre avec des petits poissons rouges dessinés dessus dans une boutique bobo du quartier Faidherbe.

    J’avais déjà, pour mon thé à la menthe, la théière en terre cuite que m’avait offerte ma sœur, ma théière en verre avec son filtre en métal pour « les thés bizarres », ma théière « de base » pour le boulot, je ne suis pas atteinte de collectionnite aiguë, donc j’avais vraiment pas besoin en urgence d’une théière, elle coûtait 34 € (on se souvient du prix des choses quand on est fauchée)…

    Je suis quand même rentrée dans la boutique, j’ai regardé la théière sous toutes les faces, et je suis repartie avec le joli souvenir de cette théière qui me faisait tellement envie !

    Il y a 3 mois, comme je me sentais richissime avec un vrai salaire, je suis passée devant la boutique bobo aux charmes extrême-orientaux, et j’ai regardé les théières. Celle aux petits poissons rouges avait disparu, j’ai demandé à la vendeuse. Elle m’a dit que les designers de la marque avaient dessiné ce modèle pour la saison, qu’ils ne seraient plus fabriqués, qu’il fallait attendre la nouvelle collection.

    Bon, après tout, ce n’était qu’une théière…
    Vendredi dernier à ma pause déjeuner, je suis passée devant « Artisans du Monde » à Cadet, j’ai habité l’immeuble voisin 6 ans, c’était un des premiers mouvements à organiser le circuit du commerce équitable...

    Et je vois MA théière, je rentre, je dis à la bénévole que je trouve étrange que cet objet soit vendu parallèlement dans le circuit commercial classique.

    Elle fourrage dans ses listings, non, c’est bon, tout est normal, c’est de l’artisanat vietnamien traditionnel. Elle me parle un peu ensuite de son voyage au Vietnam.

    Et je demande combien ça coûte :

    13 € chez Artisans du Monde,

    34 € chez les bobos (imaginez le bénéfice parce qu’elle a dû être négociée).

    Oui, j’aurais pu être agressée par un tueur fou,

    bêtement renversée par une voiture,

    simplement terrassée par la grippe A,

    depuis la première fois que je l’ai vue,

    mais ça valait le coup de ne pas se presser.

    Ma théière, je garde dans son carton,

    pour avoir le plaisir de la déshabiller

    chaque fois que j’aurais envie d’y faire mon thé,

    pour redécouvrir son joli vert tendre et ses petits poissons.

    Je la préfère comme ça (et pas autrement).

     


    17 commentaires
  • Philo et Psy 

    Certaines personnes, l’alcool les rend malades dès qu’ils en boivent une goutte.

    L’alcoolo dépendance est peut-être une forme d’allergie ?…

    Quand on est abstinent, on n’est plus malade, mais on reste allergique.

    Qui aurait le cœur de vous forcer à manger des fraises

    si vous deveniez ensuite

    rigolo 5 minutes, mais pénible à la fin ?

     

    Ensuite, si votre argent n’était ensuite budgété que pour l’achat de fraises.

    si votre énergie s’épuisait dans la consommation de fraises,

    si le besoin de parler de fraises devenait essentiel

    avec des personnes qui ne pensent qu’aux fraises,

    et plus aux autres,

    aussi ceux qui vous aiment et que vous aimiez,

    mais qui en ont MARRE des fraises,

    d’ailleurs c’est pas tout le temps la saison.

    qui ne peuvent plus vous voir

    en vilain-pa-bô, rosacé et gonflé.

     

    Si votre temps devenait toujours le temps des fraises ?

    Et plus celui du soleil (même d’hiver, même humide),

    des amis,

    des cadeaux qu’on reçoit,

    qu’on se fait et qu’on fait aux autres,

    un bon verre d’eau avec un fromage de chèvre,

    un gâteau bien sucré avec un thé,

    et surtout le plaisir du temps qui passe !…

     

    Personne n’aurait le cœur de faire ça.


    12 commentaires
  • Tu consacres ton temps à manipuler les autres pour ta survie inutile.

    Tu es enfermé dans tes besoins préhistoriques.

    Tu dors quelque part, tu manges quelque chose.

    Quand on te paye un verre... ça c'est plus moderne.

    Tu es enfermé dans le semblant.

    Tu ressembles au caméléon, mais tu ne sais pas chasser.

    Tu ne connais que l’instant

    en te refusant tout avenir,

    car personne n’existe pour toi.

    C'est pour ça que les bars sont ton domicile ?

    Philo et Psy



    9 commentaires
  • Après avoir été émerveillée par "Edward aux mains d'argent", c'est "Pee Wee" qui m'a finalement rendue raide dingue de Tim Burton :





    5 commentaires
  • Voilà le prochain livre que je vais m'acheter, les entretiens de Mark SALISBURY avec l'homme dont les oeuvres me font rêver :

    Philo et Psy

    Présentation du livre sur un site marchand que je ne nommerai pas :

    "D'Edward aux mains d argent à Sweeney Todd, en passant par L Étrange noël de Mr Jack ou encore Big Fish : Tim Burton fait partie de ces quelques visionnaires du septième art qui ont réussi à créer à l écran un véritable univers, à la fois novateur et complètement original.
    D ordinaire avare d entretiens, Tim Burton parle ici pour la première fois à coeur ouvert. La complicité qui le lie à Mark Salisbury nous permet d entrer avec ces conversations dans l intimité du créateur, et de découvrir son jardin secret, peuplé de rêves et de cauchemars.
    Il revient ainsi avec une rare sincérité sur son enfance, ses débuts chez Disney, sur les films qu il a fait, ou qu il n a pas fait, sur ses relations difficiles avec les studios ; il évoque ses influences, son travail de dessinateur, d illustrateur, et lève le voile sur ses obsessions et ses angoisses, sur ses zones d ombre aussi. Enfin, il nous confie dans cet ouvrage exceptionnel illustré d une centaine de ses dessins bon nombre d anecdotes de tournage jusqu ici totalement inédites.
    Bien plus qu un simple ouvrage d entretiens, c est un voyage au coeur même du cinéma de Tim Burton que nous vous proposons ici.

    Mark Salisbury est journaliste. Il vit en Angleterre." Je sais que je vais me régaler : miam !

     Philo et Psy

    Et re-miam !!! :

    Philo et Psy


    12 commentaires
  • Dimanche, dans le cadre du festival Télérama (places à 3€ sur une sélection de films sortis dans l'année), je suis allée voir "L'étrange histoire de Benjamin Button" avec Brad Pitt. C'était pas mal, mais un peu longuet, et j'aurais pu vivre en attendant un ou deux ans que ça passe à la tévé...

    Mardi, pour ne pas rester frustrée, j'ai donc renouvelé l'expérience et, comme j'adore le cinéma d'animation, je suis allée voir "Mary et Max".
    Et ça, c'est du beau film, messieurs dames !!!
    Commentaire de Télérama : "Sombre et beau".
    Pour une fois, je suis d'accord avec eux !...
    Patientez un peu, il y a de la pub pour autre chose avant...


    8 commentaires
  • Quelquefois, j’aime bien rester toute seule dans mon coin sans emmerder personne :

    D’autres fois, j’aime bien être très en colère :

    Philo et Psy

    Mais depuis juillet 2009,

    heureusement il y a aussi des endroits

    où je peux donner ma petite opinion

    à des personnes que j’aime bien,

    avec qui c’est toujours simple.

     

    Où je rencontre des sœurs, d’abord  Gigi la Magie

    Une « jumelle astrale », cette courageuse qui comprend tout,

    qui m’a accompagné dans quelque chose d’important.

    J’aime son esprit et sa sensibilité.

     

    Des brothers aussi :

    Oyonaxos, qui me fait rigoler pas du tout virtuellement,

    avec ses blagues à 2 balles.

    Quelquefois il ne comprend pas bien ce que je veux dire,

    ça me fait rigoler aussi ,

    mais je crois qu’on se comprend assez bien au final,

    Chouette humanité…

     

    Et forcément :

    La sensible et sensée Malthéia qui ne laisse pas son sens de l’humour au vestiaire,

    Mage qui aime tant faire des cadeaux,

    Lilith, on a presque le même prénom et surtout le même âge...

    La douce Bidoue, si particulièrement particulière.
    Dame Furiae,

    la petite nouvelle, Jazz…

    Et tous les autres…

    Je regrette mes « évanouis »,
    le si talentueux Alexander,
    Oskar,
    Motus,
    L'Invité Mystère,
    Joy dont j’aimais bien la perception…

    Mais ils reviendront peut-être un jour !…

     

    J’aime bien quand vous me laissez des coms,

    Mais vous n’êtes pas obligés,

    Ca me fait simplement plaisir

    Que vous passiez de temps en temps…

    Ca me fait simplement plaisir

    Qu’il existe des personnes comme vous.

     

    Mes amis de la jolie forêt du web,

    Je vous souhaite une créative et bienveillante année 2010 !

     
    Philo et Psy


    21 commentaires
  • Philo et Psy
    C’est la maison de la Babayaga. La Babayaga vit dans une maison aux pattes de poulet, qui tourne sur elle-même, toujours instable.
    Selon les légendes slaves, la Baba (de Babouchka, grand-mère en russe) Yaga est une vieille femme initiatrice, une sorcière dans ce qu’elle est de plus fondatrice.
    Elle est la Mère des profondeurs, celle qui a les moyens de vous détruire parce qu’elle sait, mais c’est une enseignante...
    Une jeune fille perdue dans la forêt (dans certaines histoires accompagnée de son frère), merci les parents !…, trouve comme « refuge » la maison de la Babayaga.
    Après il lui arrive des choses trèèès effrayantes, mais elle s’en sort comme un léger papillon. Parce la Babayaga lui a transmis.
    C’est quand même mieux qu’une mère dévorante, non ?
    Le décor en noir et blanc de mon blog,
    c’est quand la jeune fille s’échappe comme une libellule, libre comme l’air,
    la vieille lui court derrière, elle vole sur son balai,
    mais elle l’accompagne aussi dans sa liberté…
    Personnellement je trouve la maison de la Baba Yaga plutôt rassurante,
    une espèce de maison à pilotis jamais au même endroit.
    Dans la maison de la Babayaga, oui c’est dangereux, mais on sait où on est…
    Elle sert le "bon thé du samovar" * qui réconforte :
     avec ses petits Lu,
    ou ses biscottes avec du beurre et du miel pour me rassurer…
    Ou son bouillon de légumes :
    quand on est patraque, il faut jeûner pour recouvrer la santé…
    Et moi petite fille dans ses bras
    qui me consolent, je ne savais pas de quoi.
    C’est la reine des secrets.
    Hommage à ma disparue Babayaga perso,
    ma Mamitou et son humour philosophique,
    ma grand-mère rock’n’roll.

    * je suis demandeuse du samovar, ki n’en a ?


    40 commentaires


  • Philo et Psy

    Et oui, j'ai un peu disparu dans la nature.
    En fait, j'alimentais mon blog au boulot... Je ne travaille plus pour l'instant mais je vais essayer de revenir un peu plus régulièrement : vous me manqueeez !...

       


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique