• votre commentaire

  • votre commentaire
  • Personne n'est comparable à toi...


    votre commentaire
  • Plus près de toi mon Dieu...

    Le Paradis, je ne suis pas pressée pour y aller.

    Quand on vit, on se fait chier grave pour obtenir ce qu'on aime, ça fait partie du plaisir de la route.

    Bien sûr, il y a aussi les Paradis Artificiels, là le temps on l'oublie, mais ils sont toujours très cher payés.

    Le Paradis, c’est pas fait pour la Terre. En plus, on s’y emmerderait.


    2 commentaires
  • "Chemins du Nord" de Sabine Sicaud (1913-1928)

     

    "Lorsque « je pâlissais au nom de Vancouver »
    et que j’étais du Nord,
    trop de froid traversait ma pelisse d’hiver
    et mon bonnet de bêtes mortes.
    Mes frères chassaient les oursons
    jusqu’au fond des grottes de fées;
    du sang parlait sous leurs trophées,
    les Tomtes se cachaient, le vent hurlait aux portes
    et la glace barrait les fjords
    lorsque j’étais du Nord.
    Murs blancs du froid, prison.
    Je ne voyais jamais passer Nils Holgerson.

    Selma, Selma, pourquoi m’aviez-vous oubliée?
    Il fallait naître à Mörbacka, le jour de Pâques.
    Je savais bien pourtant que j’étais conviée…"

     

    (Les poèmes de Sabine Sicaud) Stock


    votre commentaire
  • L'addiction, c'est pas simple... Sexy la cigarette.

    "Histoire d’un pré-deuil

    Super sexy la cigarette. Celle de Bogart et de Bacall, que je viens de revoir dans "Le port de l'angoisse", qu’ils s’échangent et qui veut dire « je-t’aime-mais-je-ne-le-sais-pas-encore, et je-n’ai-pas-envie-de-te-le-dire-mais-quand-même… ».

    La mienne dans mes doigts. Celle dans les mains des hommes que j'ai aimé et ceux que j'aime encore.

    La mienne dans ma bouche, quand je fais ma prolo en la positionnant sur le côté. Comme je me souviens de Monette (à chaque fois)...

    Celle dans la bouche des hommes que j’aime quand ils plissent les yeux à cause de la fumée qui les gêne…

    Aussi Jacques Prévert sur la couverture de « Paroles » chez Folio.

    La légèreté de cette chose si chère qui s'envole ensuite en fumée.

    Et le temps qu'elle m'a appris à compter depuis que je l'ai rencontrée. Arriver cinq minutes à l'avance, "tiens je vais fumer une cigarette avant d'y aller"...

    J'aime trop sa façon d’avoir envahi ma vie pour avoir simplement l'envie de l'abandonner comme ça. Pour ça que je ne suis pas prête. Je ne suis pas Serge Gainsbourg "Je suis amoureux d'une cigarette..." mais ça n'en est pas bien loin. Mais pas pour ça non plus que j’ai envie d’en crever. Je ne suis pas Serge Gainsbourg.

    J'attends le jour où je l'aimerais toujours mais où j'aurais envie de m'en passer. Où je serais vraiment convaincue qu'il faut passer à autre chose."


    6 commentaires
  • Henry Lee :

    Get down, get down, little henry lee
    And stay all night with me
    You won't find a girl in this damn world
    That will compare with me
    And the wind did howl and the wind did blow
    La la la la la
    La la la la lee
    A little bird lit down on henry lee
    I can't get down and I won't get down
    And stay all night with thee
    For the girl I have in that merry green land
    I love far better than thee
    And the wind did howl and the wind did blow
    La la la la la
    La la la la lee
    A little bird lit down on henry lee
    She leaned herself against a fence
    Just for a kiss or two
    And with a little pen-knife held in her hand
    She plugged him through and through
    And the wind did roar and the wind did moan
    La la la la la
    La la la la lee
    A little bird lit down on henry lee
    Come take him by his lilly-white hands
    Come take him by his feet
    And throw him in this deep deep well
    Which is more than one hundred feet
    And the wind did howl and the wind did blow
    La la la la la
    La la la la lee
    A little bird lit down on henry lee
    Lie there, lie there, little henry lee
    Till the flesh drops from your bones
    For the girl you have in that merry green land
    Can wait forever for you to come home
    And the wind did howl and the wind did moan
    La la la la la
    La la la la lee
    A little bird lit down on henry lee


    3 commentaires
  • A la station de métro La Chapelle à Paris, on trouve un quartier de métissage, hindous et musulmans, indiens, sri lankais, pakistanais, mais tous originaires du sous-continent indien. Quand on est une banale Européenne comme moi, on a l'impression d'avoir pris un vol en téléportation. L'atmosphère est parfumée par les épices et l'encens. Tout le monde semble très affairé.

    Mais un évènement très important se déroule tous les débuts septembre, à savoir la fête du dieu Ganesh, le fils de Parvati et de Shiva, à tête d'éléphant. A cette occasion un défilé se tient une grande partie de la journée, donc le dimanche 1er septembre, je m'y suis rendue pour prendre quelques photos.

    Au sortir du métro, tout le début de la rue du Faubourg Saint-Denis était en fête, toutes les boutiques étaient ouvertes, des paniers d'offrandes et des plats étaient proposés sur les trottoirs, la musique style Bollywood envahissait (un peu trop) l'espace sonore.

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

     Alors j'ai décidé d'entrer dans le vif du sujet. Voici donc le défilé :

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

    Là, le garçon à lunettes verse de temps en temps de l'encens dans la coupe que la dame tient sur sa tête.

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

     Les femmes portent des coupes avec les offrandes au Dieu.

    La majorité des participants défile pieds nus.

    On arrive vers le temple :

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

    Le temple est simplement une ancienne boutique en rez-de-chaussée.

    La fête de Ganesh dans le quartier de La Chapelle

    Ganesh, le dieu à tête d'éléphant, est le fils de Shiva et de Parvati. C'est sans doute la divinité la plus populaire de l'Inde; il C'est le dieu du savoir et de la vertu. Porteur de chance, on ne manque pas de l'invoquer avant d'entreprendre une action importante.

    Il est très reconnaissable à sa tête d'éléphant.
    Assis sur un trône ou sur des coussins, il porte une couronne ouvragée sur la tête.
    Il tient une hache (parashu) dans sa main et il mange des petites pâtisseries (modaka). Il est parfois représenté avec un nœud coulant qui lui permet de capturer l'Erreur et un aiguillon à éléphants symbole de la maîtrise du monde.
    La monture de Ganesh est un rat

    Ganesh épousa les filles de Brahma, Siddhi (la Réalisation), et Buddhi (l'Intelligence) et de Riddhi, (la Richesse). Elle donneront chacune un fils : Kshema (le bien être) et Labha (le gain).

    Le chiffre sacré de Ganesh est le 21 et ses couleurs préférées sont le blanc, le bleu, le jaune, le rouge et le vert.

    LEGENDE. mythologica.fr

    Ganesh est né avec une tête humaine, vers l'âge de cinq ans il gardait la porte de la salle d'eau où se trouvait sa mère. Survint Shiva qui revenait de la guerre et qui ne l'avait jamais vu. Il interdit à son père de pénétrer dans la pièce où se trouvait sa mère comme elle le lui avait commandé. Furieux d'être contredit par un enfant, Shiva lui trancha la tête.
    Parvati informa son mari de sa terrible méprise et lui demanda de ramener son fils à la vie. Il envoya alors ses serviteurs en leur demandant de ramener la tête de la première créature vivante qu'ils croiseraient. Et c'est la tête d'un éléphant qu'ils rapportèrent.

    Mais il existe une autre version moins connue. A la demande des dieux, qui veulent distinguer le bien du mal, Shiva crée Ganesh. Le fils de Shiva est à son image, très beau et très intelligent. Il séduit toutes les femmes et en oublie sa tâche. Aussi sa mère Parvati, le condamne a avoir une tête d'éléphant et un gros ventre.

    - See more at: http://mythologica.fr/hindou/ganesh.htm#sthash.TQVBuPDX.dpuf

    Ganesh, le dieu à tête d'éléphant, est le fils de Shiva et de Parvati. C'est sans doute la divinité la plus populaire de l'Inde; il C'est le dieu du savoir et de la vertu. Porteur de chance, on ne manque pas de l'invoquer avant d'entreprendre une action importante.

    Il est très reconnaissable à sa tête d'éléphant.
    Assis sur un trône ou sur des coussins, il porte une couronne ouvragée sur la tête.
    Il tient une hache (parashu) dans sa main et il mange des petites pâtisseries (modaka). Il est parfois représenté avec un nœud coulant qui lui permet de capturer l'Erreur et un aiguillon à éléphants symbole de la maîtrise du monde.
    La monture de Ganesh est un rat

    Ganesh épousa les filles de Brahma, Siddhi (la Réalisation), et Buddhi (l'Intelligence) et de Riddhi, (la Richesse). Elle donneront chacune un fils : Kshema (le bien être) et Labha (le gain).

    Le chiffre sacré de Ganesh est le 21 et ses couleurs préférées sont le blanc, le bleu, le jaune, le rouge et le vert.

    LEGENDE. mythologica.fr

    Ganesh est né avec une tête humaine, vers l'âge de cinq ans il gardait la porte de la salle d'eau où se trouvait sa mère. Survint Shiva qui revenait de la guerre et qui ne l'avait jamais vu. Il interdit à son père de pénétrer dans la pièce où se trouvait sa mère comme elle le lui avait commandé. Furieux d'être contredit par un enfant, Shiva lui trancha la tête.
    Parvati informa son mari de sa terrible méprise et lui demanda de ramener son fils à la vie. Il envoya alors ses serviteurs en leur demandant de ramener la tête de la première créature vivante qu'ils croiseraient. Et c'est la tête d'un éléphant qu'ils rapportèrent.

    Mais il existe une autre version moins connue. A la demande des dieux, qui veulent distinguer le bien du mal, Shiva crée Ganesh. Le fils de Shiva est à son image, très beau et très intelligent. Il séduit toutes les femmes et en oublie sa tâche. Aussi sa mère Parvati, le condamne a avoir une tête d'éléphant et un gros ventre.

    - See more at: http://mythologica.fr/hindou/ganesh.htm#sthash.TQVBuPDX.dpuf

    Pour tout savoir sur Ganesh, c'est là : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ganesh

    Et ce dieu très charmant porte-bonheur à mon trousseau de clefs....


    10 commentaires
  • Bye bye Xena

    Mon chat, elle s’appelle Xena. Comme Xena la guerrière, devenue à l’insu de son plein gré quoique parce que franchement ses relations avec sa copine Gabrielle…, une icône gay. M’en fous des histoires de sexualité, ce qui m’intéressait c’était que c’était une guerrière.

    Mais la mienne, c’était une guerrière très douce, et toute petite, qui avait des moments de folie à courir en zigzag comme une hystérique m’enfin ça c’est bien un truc de chat,  un peu casse-machins parfois alors c’était plutôt rigolo, mais tellement gentille et sage…

    Avant-hier, alors que ça faisait plus d’une semaine qu’elle ne mangeait plus, qu’à la fin elle ne me reconnaissait plus sans doute comme a dit le véto, qu’elle se traînait comme une malheureuse par terre comme une peau de chat, et qu’elle ne ressemblait plus du tout à mon chat mais c’était mon chat quand même, le véto l’a d’abord endormie.

    Puis je suis sortie du cabinet. La suite, ce n’était plus pour moi.

    Voilà, c’était Xena. C’était mon chat, mon chat préféré et je suis triste.

    Je sais qu’elle va me manquer et pour l’instant, je ne veux parler à aucun autre chat.

    Bye bye Xena

    Bye bye Xena

    Et hier soir, quand je suis rentrée à la maison sans entendre un « miaou » avant de mettre la clé dans la serrure, ni une petite bestiole m’attendant dans l’entrée avec des yeux de « C’est pas trop tôt qu’t’arrive… », j’ai compris que plus jamais je n’aurais son ronron quand je m’assois dans le canapé et qu’elle se poste sur les coussins derrière ma tête.

    Ma petite ombre :

    Bye bye Xena  

    Bye bye mon petit chat...


    5 commentaires